• 118636 visits
  • 718 articles
  • 42355 hearts
  • 81475 comments

18/01/2018



j'en ai fait des kilomètres depuis 30 ans, ce n'est pas pour ça que tout va bien dans ma tête !
Plus de motivation pour continuer mon blog, plus de motivation pour écrire ...

Entre vivre cette époque et la mort
Je perds le nord



*****
reflet85

Bas-toi, ton blog est plus que génial, i est bien le seul à me donner le sourire par tes jolis écris et montages
*****
Princesse-Douceur

ou est tu Päscal tu est malade ou koi
*****
vcr

Il faut garder le moral, Pascal ...Appuie à fond sur les pédales , trottine sans te faire mal .....Ecrivons une nouvelle version de "Carmen" : Toréador, le bonheur est dans l'effort "...
*****
nepalididi

Coucou
Comment vas-tu?
Big biz tit marathonien
*****



Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte… 19/12/2017

Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte...

Comme à mon habitude pour aérer mon esprit, je pars à l'aventure,
Quoi de mieux pour souffler un peu,
qu'une bonne sortie sportive en forêt et la nature !

Mais très vite la tristesse pris le dessus sur la joie,
Et ma vitesse se retrouva plomber par le désarroi,
.... Car cette terrible journée commença comme ça !

Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


Après quelques kilomètres à respirer l'air frais dans la forêt,
Une désagréable vision vient brusquement couper mon trajet.
La maison forestière des Bâtis est entièrement dévastée.
C'est bien triste de voir qu'il y a des imbéciles en randonnée.
Enfin, je ne suis pas certain que ces crétins soit vraiment très sportifs,
C'est plutôt du genre, « on détériore juste pour essayer être un peu actifs ».

Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


Même en essayant de courir dans ma bulle et de rester concentrer à mes aventures,
Un arbre de travers, un animal qui passe, il y a tant de choses à voir dans la nature.
Lorsque je découvre ce genre de choses, ça me désole de découvrir tout ça.
Que doit on faire pour que notre forêt reste propre et en bonne état ?
Vraiment quand j'aperçois cette façon de faire, je sors de ma bulle,
Et j'ai envie de donner à ces enfoirés, de gros coups de boule !
La forêt n'est pas une décharge, mais certains ne comprendront jamais rien.
Voitures brulées, décharges sauvages,
voilà régulièrement ce que l'on trouve sur nos chemins.
Mais ces crimes contre nature sont presque parfaits,
on arrête que très rarement les auteurs.
Les scélérats agissent dans l'ombre et surtout la nuit,
il y a moins de flâneurs ou de voyeurs !


Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


« Tiens justement, là-bas, il y a eu encore un crime dans ce passage !
Je vais m'approcher pour faire les constatations d'usage !»
L'assassin n'y a pas été de main morte, cette fois,
Car la victime a l'air d'avoir subit son déchaînement dans ce sous bois. »

Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


« Au premier indice, la victime sexe féminin, était surement une hispanique ?
Elle porte un maillot de bain et des baskets made in Spain authentiques,
Puis son chapeau jaune et rouge ne laisse que peu de doute sur son origine,
Cette femme était à priori fan des ces couleurs et je dirais même plus,
elle était chauvine !


Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


La deuxième indication que me tape à l'½il, cette femme était une joggeuse,
Baskets aux pieds, montre chronomètre au poignet, oui, c'était une runneuse.
Ses jambes sont affutées, pas de cellulite, ni même de cullote de cheval,
La dépouille a du mourir de trouille en prenant une mandale !
Je peux voir l'heure où cette malheureuse est tombée par terre,
10 h 50 ; c'est ce qu'indique sa montre GPS Cyber.
Ça démontre aussi, qu'elle a été agressée le matin,
L'assassin a du a attendre la fin de matinée pour lui couper son entrain.

Je peux constater aussi que la victime n'a pas été dépouillée,
Le porte monnaie à côté d'elle n'est pas ouvert, ni même volé.
Le mobile de ce crime, n'est donc pas le larcin,
Je me dirige plutôt vers la recherche d'un bandit de grand chemin.
C'est surement l'acte d'un fou qui tue pour le plaisir et non pour l'argent.
Peut être quelqu'un de frustré qui ne peut pas faire de sport d'où cet acharnement.

Le dernier indice qui me frappe ...
C'est que le meurtrier a surement été surpris,
avant d'enterrer sa victime dans cette forêt,
Il manque 3 planches sur quatre,
ça prouve qu'il a dû être dérangé pendant son méfait


Après avoir ramassé les indices et pris quelques photos, je continue mon enquête.
Mais j'ai peu d'espoir de trouver les coupables,
ils opèrent dans l'ombre les malhonnêtes.
Ces criminels et pollueurs devraient être punis sévèrement quand ils sont chopés.
Avant qu'elle ne termine elle aussi entre 4 planches notre forêt !

Ravi d'avoir pris des photos pour dénoncer ces faits,
mes foulées se remettent ensuite en action.
Mais pas vraiment pour très longtemps, je suis vite stoppé
par une nouvelle triste vision.

Cette fois au milieu d'un chemin, un kennel XXL bloque ma route.
Y a-t-il un chien à l'intérieur ? Je cours vite vérifier ça pour m'enlever ce doute.

Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


Et en voyant aussi une grande gamelle juste à côté, l'environnement semble bien lourd.
Heureusement, aucune trace d'animal ni dedans, ni dans les alentours.
A l'intérieur de la cage, je trouve une cafetière.
Dommage il n'y a pas de prise de courant,
Dans cette décharge, j'aurais pu m'attabler en prenant
un petit café tout en enquêtant.


Mais qui peut bien faire ce genre de choses,
alors qu'une déchèterie n'est pas loin d'ici ??!!
Et pour larguer tout ça au milieu de la forêt, il faut venir en voiture
dans des chemins interdits.
Si je suis mon résonnement, on peut très bien imaginer que le criminel
avait un gros chien,
Car à la vue de la gamelle et de la taille du kennel, ça le démontre bien.
Et pour transporter tout ça au milieu de la forêt dans ce genre de chemin,
Il doit posséder aussi un gros 4x4 tout terrain !
La cafetière n'est pas petite non plus, donc gros consommateur de café.
Pour moi, le suspect est identifié, c'est un GROS CON qui a commis ces méfaits.

Mais il y a beaucoup de gros cons,
Ça ne va pas être facile à démasquer le bon.
Moi, Sherlock Holmes Coureur, j'entends déjà certains qui vont venir me dire :
« Gros con, 4x4 qui circule en forêt, chien, gamelle pour attirer les animaux ...
.....ça sent le chasseur, il faut bien le dire ! »
Oui, mais il y a un indice qui ne colle pas, il n'y avait aucun litron dans les abords.
Juste une cafetière, le café, ce n'est pas dans leur habitude
ou avec de la gniole, alors !


Mon sac rempli de preuves et mon appareil photo blindé de preuves,
Je reprenais ma sortie sportive en rodant mes runnings neuves.
Lorsque tout à coup, au milieu d'un nouveau sentier, une paire de baskets abandonnées,
Et une canette de bière Amsterdam, une boisson extra-terrestre à plus de 11 degré.
La Maximator est une bière musclée qui donne facilement la gueule de bois,
Ce n'est donc pas étonnant de la découvrir en forêt !
Non, je blague, c'est de l'humour cette fois !

Après avoir examiné la canette, j'observe avec attention, la paire d'Adidas,
Ce ne sont pas des runnings, ce n'est donc pas un runner qui a perdu ses godasses.
Je peux imaginer aussi, que ce sont celles du suspect
qui se balade pieds nus maintenant ?
Car pour moi, il faut marcher à côté de ses pompes pour faire de tels agissements.
Et puis, ça lui fera les pieds de marcher sur la pointe des pieds,
J'accélère donc mon entrain pour essayer de lui couper l'herbe sous le pied.
Vous me direz : « ça fait beaucoup de pieds tout ça, ça fait un peu répétition ? »
Je vous réponds du tac au tac :
« le pied est l'allier pour un sherlock Coureur en action ! »


Sherlock Holmes Coureurs et les Crimes en Halatte…


Je suis donc les traces d'un malfaiteur aux pieds nus,
Et après quelques kilomètres, surprise, je distingue un drôle d'individu.
Il ne semble pas très net avec sa casquette sur la tête,
Il parait sur ses gardes, mais il ne voit pas que je le guette.
Pas de chaussure aux pieds et l'individu est armé,
Plus aucun doute, c'est le serial killer de la forêt !
Que va-t-il encore faire, je sens qu'il va encore commettre l'irréparable,
Il s'approche d'un bosquet et tire à bout portant sur des arbres, c'est abominable !

A ce moment là, je n'hésite pas une seconde, je lui saute dessus en l'étranglant,
Il fallait vraiment que je fasse quelque chose pour arrêter ce carnage sanglant.
Après un rude corps à corps, l'individu qui était quand même un sacré dur à cuire,
termina au tapis pour de bon et surtout hors d'état de nuire.
Je pense que je peux espérer la légitime défense ?
En tout cas, pour moi, ce scélérat a mérité cette sentence !

Je peux maintenant terminer ma balade dans cette forêt d'Halatte, tranquillement,
Content d'avoir débarrassé la nature de ce serial Killer bien dégradant.

Pascal


« Les personnages et les situations de mon histoire étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existés ne serait que pur coïncidence...ou pas ! »




Tags : Coup de gueule ! - sherlock holmes - Histoire - Verneuil-En-Halatte

Si jamais tu oublies … 13/12/2017

Si jamais tu oublies …
Si jamais tu oublies ...

Rappelle-toi le jour et l'année,
Rappelle-toi le temps qu'il faisait.
Et si tu as oublié,
Je vais te raconter...

Si jamais t'oublies, nos sorties vélos du passé,
Nos villes en légos, playmobils et nos déguisements de folies.
Rappelle-toi qui j'étais, pourquoi, tu es en vie.
Comme souvent, tu oublies les jambes à ton cou,
Comme toujours, tu as des excuses et tu fuis,
Rappelle-toi qui j'étais, quelle était ta vie !


Si jamais tu oublies …


Et s'il me prend l'envie d'm'en aller,
Surtout ne viens pas pleurer.
Car mes nombreuses piqûres de rappel,
Sont restées très souvent sans nouvelles.


Si jamais tu oublies …


Rappelle-toi, nos ves les plus fous,
Rappelle-toi tes larmes sur tes joues,
j'étais toujours là pour te protéger.

Si jamais tu oublies, nos vacances du passé,
Ta bande de copains en sortie.
Rappelle-toi qui je suis, j'étais là, le jour et la nuit.
Comme souvent, tu oublies les jambes à ton cou,
Comme toujours,tu as des prétextes et tu fuis,
Rappelle-toi qui j'étais, c'était tout ça ta petite vie !


Si jamais tu oublies …


Si jamais tu oublies, les écoles où tu es passé,
J'étais parent d'élève à chaque sortie.
Rappelle-toi qui j'étais, lorsque nous allions en forêt.
Mais couramment, tu oublies les jambes à ton cou,
Comme toujours, tu as des affirmations et tu fuis,
Rappelle-toi qui j'étais, mais tu ne peux pas, tu m'oublies !


Si jamais tu oublies …


Rappelle-toi qui je suis,
Un marathonien qui vieillit.
Et s'il me prend l'envie d'm'en aller,
Surtout, je dis surtout, ne viens pas pleurer.
Car mes nombreuses piqûres de rappel,
Sont restées toujours sans nouvelles.

Si jamais tu oublies …


Si jamais, je ne peux plus mettre mes jambes à mon cou,
Si un jour, tu trouves une corde autour de mon cou,
Surtout ne viens pas t'apitoyer,
Et fais comme tu l'as toujours fait...
N'oublies surtout pas de m'ignorer !

Pascal
Sur une idée de texte de Zaz


Si jamais tu oublies …

Un texte pour 2 enfants ( 26 et 22 ans maintenant) qui devraient se reconnaître où alors ils ont tout oublié !



Si jamais tu oublies …

cadeau de Nathalie

*****
josy41

oh comme se texte me va bien avec une de mes filles
à part bien sûr le sport HIHIHI
Bravo mon petit Pascal
*****
Manureva2014

Article émouvant, écrit, on le sent, avec ton coeur, avec tes tripes.
On - ils - ne peut pas t'oublier.
Un texte qui me parle tellement. Le sourire de ta Viking du Sud dissimule aussi bien des douleurs...
Bisous mon Viking préféré, bisous à partager avec ta tite tribu.
*****
creasdany2013

Bel article ..Bon week-end et bisous.Dany
*****


Tags : Coup de gueule ! - enfants

11/12/2017



2017


2016


2015


2014


2013


2012


2009


2007



*****
brugge45

une belle tribu de pères et mères noel , bonne journée amitiés !
*****
SuperYB

Et bien les coureurs se sont mis en mode Noël en puissance!!!!
*****
blue-moonshine

bonne journée sous le vent et la pluie
bisous
MARIE
*****
ida71

d'année en année, de belles brochettes de pères et mères Noël !
de bon souvenirs pour la tribu
*****
osada

1er cliché : on voit bien que vous n'avez pas les boules !!! hiiiii !
*****


Au hasard de l'hiver 04/12/2017

Au hasard de l'hiver
Au hasard de l'hiver

Je courais au hasard,
quelques fois un peu tard,
Pour supporter un peu,
Ce climat bien frileux.

Malgré le froid du temps,
Je trouvais l'entrnement,
Idéal et bluffant !


Au hasard de l'hiver


...Aujourd'hui, il fait gris,
c'est même un jour sous la pluie,
Je cours donc au hasard,
des flaques d'eau sur l'trottoir.

Dans ce climat mouillé,
J'assure donc mes foulées,
pour ne pas trop glisser !

Au hasard de l'hiver


... Aujourd'hui, c'est glacial,
dans ce froid hivernal,
Je cours donc au hasard,
recherchant le cagnard.

Dans ce climat frileux,
Je cours donc comme je peux,
pour m'rechauffer un peu !


Au hasard de l'hiver


... Aujourd'hui, c'est brumeux,
J'ne reconnais pas les lieux,
Je cours donc au hasard,
dans cet épais brouillard.

Je maîtrise ma cadence,
je n'vois pas à distance,
mais à p'tits pas j'avance !

Au hasard de l'hiver


... Aujourd'hui, c'est tout blanc,
la neige tombe posément,
Je cours donc au hasard,
c'est trop drôle, c'est fendard.

En foulées hasardeuses,
Ça craque sous cette poudreuse,
Pour une sortie merveilleuse !


Au hasard de l'hiver


... Ce soir, il fait tout noir,
La nuit n'est pas en r'tard,
Restant bien sur l'trottoir,
Je cours donc au hasard.

Dans cette nuit tamisée,
courant bien éclairé,
mon rythme est modéré !

Au hasard de l'hiver


C'est dans cet esprit-là,
Que je cours rien qu'pour moi,
Travaillant mon mental,
Qui pour moi est vital.

Je courais au hasard,
Je courais pour tout voir,
Je trouvais l'entrnement,
Idéal et bluffant !

Pascal


Au hasard de l'hiver




*****
Douceur-Nathalie

j adore ton blog il super magnifique pleins d'imaginations
*****
Manureva2014

N'oublie pas de sortir couvert hein mon Viking.
Bisous bleus du bord de la Gde Bleue.
*****
lescreationsdam

Très bien fait et très intéressant !
*****
blue-moonshine

et par tous les temps
il court sans s'arrêter
mais accompagné souvent
de son coach bien aimé

tous les deux
ils accumulent les kilomètres
et kilomètre après kilomètres, ils sont heureux

bonne journée sous la grisaille
bisous
MARIE
*****
itounany

Excellent qu'il vente, qu'il pleuve qu'il neige tu es toujours d'attaque
*****
ida71

il faut être un peu fou pour courir par ce temps !
*****


Tags : Entraînement - Footing

01/12/2017


Une surprise m'attendait en rentrant de mon footing !
Tin tin tin tin tintin tin tintin...



Tin tin tin tin tintin tin tintin...
Petit cadeau de ma fille Eryn en attendant la sortie du film

Les histoires de pauses ne m'intéressent pas, amiral.
Je veux des kilomètres, pas des excuses !




Tin tin tin tin tintin tin tintin...
Je crois que l'on est parti du mauvais pied...


Le brouillard du matin 20/11/2017

Le brouillard du matin
Le brouillard du matin

Ce brouillard du matin,
me donne froid dans le dos.
Et je ne vois pas bien loin,
pour diriger mon vélo.

Le brouillard du matin


Avec ce brouillard du matin,
Le soleil ne se lève pas de bonne heure.
Je roule donc d'un petit train,
pour savourer les teintes d'automne le long de l'Eure ...

Le brouillard du matin


Dans ce brouillard du matin,
Les champs semblent déserts,
Je ne vois pas bien loin,
Mais quel plaisir de vivre ce moment présent

Pascal


Tags : Rando vélo

Le renard sans le corbeau 15/11/2017

Le renard sans le corbeau
Le renard sans le corbeau

Maîtresse Numbaï, sur un chemin boisé,
cherchait une corneille avec rage.
Maître Pascal, par ruse pour la faire bien marcher,
Lui tint à peu près ce langage :

"Hé ! Bonjour, Madame Numbaï,
Que vous êtes jolie ! Quel superbe poitrail !
Sans mentir, si votre puissance,
Se rapporte à votre élégance,
Vous êtes la senorita de tous les renards du quartier "
A ces mots Numbaï se sent remplie de gaîté.

Alors pour montrer sa résistance,
sans perdre quand même sa méfiance,
Elle se met à courir en cherchant un corbeau.
Maîtresse Numbaï renifle vers le bas et hume vers le haut.


Mais au bout d'un moment...
« Hé ! Bonjour, Maître Pascal,
Ce matin, les corneilles sont restées au bercail.
Il n'y a pas l'ombre d'une plume de corbeau,
Pourtant, il fait bien beau avec cette météo.
Maintenant, Allons jouer hors d'ici,
Y a p'têt des vaches qui rient* ! »

Numbaï rajoute et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout promeneur
Vit à l'écoute de son ventre même quand je reste assise,
Cette balade vaut sans doute maintenant une petite friandise ? »

Maître Pascal, honteux et vexé de les avoir oublié,
S'aperçue un peu tard, que la fable avait changé !

Pascal : 15 novembre 2017


* ça ne rime pas avec Fromage !


Le renard sans le corbeau


*****
Manureva2014

Trop belle Mademoiselle Numbaï
Elle a fière allure.
Douces caresses. Bisous
*****
nepalididi

Oh il est trop mimi
j'adore

Un vrai amour
.......
Big bizzzzzzzzzzzz tit marathonien
*****
amina-princesse-reveuse

waouhhhhhhhh qu elle imagination !!!! bisous et merci
*****
blue-moonshine

jolie parodie et elle est superbe Numbaï
*****
ida71

trop belle Numbaï ! elle doit être toute douce à caresser
bravo pour cette belle fable mon pépère marathonien ; tu as toujours une sacrée imagination :)
bisous à la tribu
*****
vcr 68 ans

Tu es très doué Pascal ! ....20/20 !.......
*****
Nutsy7801

Il est vraiment trop chou :)
*****
creasdany2013

Quelle est jolie ,cette demoiselle
c'est la classe!!!un beau port de
tête ,il ne manque que la couronne...
Bon jeudi et bisous a la tribu...Dany
*****
itounany 60 ans

trop mignon et quelle fable digne de La Fontaine qui se ferait un plaisir de te lire avec délectation et te dirait "je vous salue chapeau bas"
*****
amina-princesse-reveuse

waouhhhhhhhh qu elle imagination !!!! bisous et merci
*****
chocadia

J ADORE SA BOUILLE TROP MIGNONNE
*****

Tags : Fable - Animaux♥

Moi, mes bêtes de courses* et les méchants, 10/11/2017

Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,
Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,

Moi, mes bêtes de courses et les méchants,
C'est l'histoire de l'un de mes entraînements.
Ce jour là, comme très très souvent,
Je pars courir au hasard au grès du vent.
Me voilà donc parti dans les chemins environnants,
Et c'est ainsi que je parcours le Vaudreuil tout en visitant.

Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,


Tout à coup, comme souvent dans mes histoires,
un étonnement vient couper ma route et ma trajectoire.
En entrant dans un bosquet que je ne connaissais pas encore,
Quelque chose vient me taper à l'½il et choque dans ce décor.

Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,


Nous ne sommes pas en période de chasse, mais il y a comme un instinct de mort.
À la lisière du bois, des affuts sont dissimulés, ainsi que des miradors.
Puis sur une table de fortune, canettes et douilles sont exposées,
Pas de doute, c'est un repère de chasseurs, grands protecteurs de la forêt.
Ils régulent soit disant la population en tuant les animaux,
Mais ils polluent la nature en laissant les cadavres de leurs apéros.

Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,


Moi et mes bêtes de course aux pieds, je suis contre ces méchants.
Car cachés dans leurs affuts, les animaux n'ont aucune chance de rester vivants.
Enfin, planqués dans leurs miradors, ils peuvent picoler tranquillement !

Moi, mes bêtes de course aux pieds, je continue donc mon entraînement,
Je sors de ce secteur pas vraiment réjouissant.
Je prolonge mon footing, vers Tournedos sur Seine,
Car je préfère tourner le buste à ce genre de scène.

Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,


Lorsque tout à coup, Dave et Edith me coupent la route.
Ce que je découvre au sol n'est pas très mignon, y a pas de doute !
Mais qui a bien pu jeter ces « YOP » vers Tournedos ?
Pour Dave et Edith, c'est d'ailleurs « moche et méchant », bande de salops !
Comme je ne suis pas trop bête, ni trop méchant, je vais les ramasser,
Histoire de les jeter dans une poubelle, pour que ces minions soient en sécurité.

Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,


C'est trop malin de balancer ces « Yop » vers Tournedos.
Dos tourné, c'était lâche d'abandonner Dave et Edith,
aux vacances comme ça incognito !

Une fois ce coin remis en état, c'est comme même mignon la nature.
Je continue mon entraînement et je prolonge mon aventure.
De retour vers St Etienne du Vauvray, j'arrive vers un bar en plein air.
Dans ce chemin au milieu d'un fourré la « Heineken » ne devait pas être chère.


Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,


7 packs de 20 canettes sont alignés comme s'ils étaient au garde à vous.
Mais qui peut venir se balader avec autant de bouteilles et boire comme un trou ?
Bien sûr, les flacons sont vides, 140 cadavres rangés dans leur cercueil en carton,
Le ou les sérial buveurs de la route, cette fois ont fait un vrai carton !
Ça semble surréaliste, mais il n'y a aucune mise en scène sur cette scène de crime,
7 packs de bières sont liquidés et une nouvelle fois la nature en est la victime.

Cette fois, s'en est trop, je n'ai que 2 bras et la mise en bière sera pour plus tard.
Moi, mes bêtes de course aux pieds, je continue donc ma sortie cauchemar.
Il faut vraiment être tordu, bête et méchant pour jeter ces détritus dans la nature.
Mais pour moi, il n'y a aucun espoir que ça change avec ce genre de crevures.


Moi, mes bêtes de courses* et les méchants,


Dans ce monde, il y a des gens très bizarres :
Je suis sûr que certains sont des gros maniaques de leur voiture,
Mais ne se gênent pas pour balancer leurs déchets dans la nature.
Surement aussi des donneurs de leçons, « faites ce que je dis, pas ce que je fais ! »
En tout cas, à la découverte des nombreux cadavres aux bords des routes...
...il y a dans ce monde, des sacrées bandes d'ivrognes
qui conduisent en état d'ébriété !


C'était, moi, mes bêtes de course et les méchants,
C'était le récit coup de gueule d'un de mes entraînements !

Pascal : 17 Aout 2017


*mes runnings (chaussures)







*****
itounany

un titre qui promet .....cool
*****
SuperMamie55

Tu as raison
*****
alainpastis2

Ce sont des ordures comme celles qu'ils balancent partout, bon mardi Pascal
*****
josy41

ton aventure ne m'étonne pas, du temps où nous étions caristes, il fallait voir toutes les ordures que nous trouvions sur les aires de repos au pied des poubelles, qui n'étaient pas pleines...
Par souci pour l'environnement on les ramassaient et les mettaient dans les poubelles, et aussi pour ne pas être accusés
*****


Tags : Footing

Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham 05/11/2017

Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham
Notre Débarquement le jour J...
... entre Caen à Ouistreham


En débarquant sur le marché de Caen :

A Caen sur son marché,
en cherchant, on peut tout trouver,
Des légumes, du poisson,
Et sur une broche un succulent cochon.

A Caen sur son marché,
en marchant, on peut tout déguster.
A partir de 61 centimes, des crêpes sucrées et salées,
et un peu plus cher, toutes sortes de plats cuisinés.
Oui, 61 centimes la crêpe sucrée, il ne fallait pas la louper,
Alors, une fois ces crêpes repérées, nous n'avons pas hésité, ni résisté.


Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham


A Caen, sur son marché,
Après ce réconfort bon marché, il faut maintenant y aller.
Nous reprenons nos vélos, direction la mer,
La piste verte nous ouvre sa voie pour un autre univers...


En débarquant sur la voie verte de Caen :

Nom de code « Sword *», direction Ouistreham,
Nous débarquons sur une superbe piste cyclable en macadam.
Centre de Caen, c'est notre départ avenue de Tourville,
Et c'est en moulinant tranquille que nous quittons la ville.
Sur cette piste cyclable, il y a déjà beaucoup de marcheurs,
Mais aussi d'autres sportifs, comme des joggeurs, cyclistes ou bien rollers...

(*nom de code pendant la guerre)

Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham


En zigzaguant entre tout ce joli monde, nous découvrons un superbe paysage,
Il y a même un escadron de mouettes qui survole notre sillage.
Le long du canal de l'Orne, nous en prenons plein les yeux.
Et tous les sportifs que nous croisons semblent bien heureux.

Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham


A part quelques cyclistes sur leur vélo de route qui nous doublent bien fiers,
Aucune réponse à nos bonjours,
ils passent la tête dans le guidon se croyant seuls dans leur univers.
On se demande parfois, pourquoi certains sportifs sont aussi hautains sur un vélo ?
En les voyants faire la gueule, on croirait qu'ils ont pris une peine de cachot.

Après quelques kilomètres, nous arrivons à côté du Pont de Colombelles,
C'est un joli pont tournant reconstruit en 1959 à la place d'une passerelle.
Pour l'histoire, ce pont avait été bombardé en 1945, pendant la guerre.
Et une passerelle lui avait succédé après les combats, pour franchir cet estuaire.


Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham


Puis nous arrivons devant le Pegasus Bridge à Bénouville, un lieu historique.
Ce Pont a été libéré dans la nuit du 5 au 6 juin 44 par
la 6ème division aéroportée britannique.
Nous stoppons notre avancée historique pour prendre un verre au Café Gondrée.
Pendant ce débarquement en Normandie, cette maison a été la première libérée.
Pendant cette pause ravito, je joue même le rôle du serveur,
Je manie aussi bien mon vélo, qu'un plateau, c'est ça d'être un bon coureur.

Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham


Puis, après ce moment rafraichissant, nous reprenons la route vers le littoral
7 bornes plus loin, nous traversons Ouistreham sans avoir forcé sur nos pédales.
Depuis le départ de Caen, nous avons fait 15 kilomètres et plein de découvertes.
Et la plage de Riva-Bella en est une autre, au bout de cette voie verte.
C'est magnifique, très coloré, mais pour l'instant, pas le temps de tout regarder,
Il est midi, nous avons l'estomac dans les talons, alors l'heure du repas a sonné.

Nous filons dans le centre ville, acheter des provisions.
Et surprise, sur notre chemin, un prunier avec des fruits à profusion.
Il n'y a qu'à se servir, c'est cool, nous avons trouvé notre dessert.
Ce midi, ce sera simple : sandwich, à la guerre comme à la guerre.
Puis nous allons notre installer sur la plage pour déguster nos mets.
Ce pique-nique sur ce bord de mer est bien sympa, le long de petits chalets.


Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham


Les heures tournent, Elise commence à avoir dans son genou des picotements,
Nous devons donc penser à faire demi-tour et à retourner à Caen tranquillement.
Nous reprenons la piste cyclable cette fois du littoral à Caen,
En prenant bien sûr comme ce matin, tout notre temps.
D'ailleurs en observant la nature, un ragondin est au boulot pour construire son nid,
Tout en nageant, il charrie une branche dans sa gueule pour la ramener à son logis.

Notre Débarquement le jour J… … entre Caen à Ouistreham


La nature est superbe et nous prenons toujours le temps de la regarder,
Et souvent nous découvrons de drôles de scènes et de drôles d'animaux à observer.
Après ce ragondin dans l'eau, un tricératops en train de brouter dans un bosquet.
Ça peut sembler bizarre tous les mystères en faisant du sport dans la nature,
Mais nous n'inventons rien, il y a toujours des photos de nos nombreuses aventures.
Qui peut se vanter en allant visiter les plages du débarquement,
De rencontrer un dinosaure, de devenir barman et saluer un vétéran combattant.


De retour à Caen, après cette balade en direction des courants de la liberté,
Nous avons parcouru 40 kilomètres en vélo avec une idée en tête : recommencer !

C'est Elise et Pascal de retour de Caen : 8 aout 2017







Tags : Rando vélo - Nornandie